Eau virtuelle


Mis à jour le 14/06/2022
Définition
Sens commun

De plus en plus utilisé comme mesure des enjeux liés à l’eau, au commerce de l’eau et à son utilisation dans le monde, l’eau virtuelle est un concept inventé par John Anthony Allan du King’s College de Londres, au début des années 90. À l’époque, ce professeur analysait les relations internationales au Moyen-Orient et conclut qu’importer la ressource « eau » sous forme de produits pourrait éviter une « guerre de l’eau » dans la région. Son analyse revient à déplacer le besoin en eau d’un pays consommateur et en stress hydrique vers un pays producteur possédant un surplus d’or bleu.

Depuis lors, on a cherché à calculer la teneur en eau virtuelle de chaque produit agricole et industriel. Ainsi, nos échanges économiques ont-ils été quantifiés en volume d’eau au niveau global où pays riches et pauvres en eau, s’échangent la ressource « virtuellement ».

De ce fait, les grands pays exportateurs de produits agricoles comme le Canada, les Etats-Unis, l’Australie, le Brésil et la France deviennent exportateurs d’eau virtuelle. A l’opposé, les principaux importateurs en eau virtuelle, sont les Etats du Proche et du Moyen Orient ainsi que la Chine, déficitaire en produits agricoles.

Source
d'après CIEAU
Statut de relecture
Soumis au comité de relecture.